Catégories
Billets d'humeur

Manque de vaccins et mépris de classe

La Seine-Saint-Denis subit bien plus qu’ailleurs les conséquences sanitaires et sociales de l’épidémie. Leurs conditions de vie et de travail exposent les habitant·es du département bien plus que les Parisien·nes à la maladie[1]. La première vague avait déjà illustré ce fait avec 130% de surmortalité en Seine-Saint-Denis (74% à Paris). La troisième vague nous frappe de plein fouet avec une incidence de 1 personne sur 200 ! Et pourtant…. Nous restons aujourd’hui le département avec le taux de vaccination le plus bas en France métropolitaine[2], le peu de vaccins disponibles est accaparé par les parisien·nes et quand les médecins tentent de vacciner la population locale, le préfet voit rouge[3].

Nous avons vu les communications municipales demandant l’égal accès à la vaccination. Cependant, sachant que nous sommes beaucoup plus exposé·es à la maladie (et à ses conséquences les plus graves), il est du devoir des élu·es de réclamer et de tout faire pour obtenir d’être PRIORITAIRE. Il est des situations où l’égalité républicaine c’est de donner plus.

[1] https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/memos-demo/focus/surmortalite-covid-19-seine-saint-denis-invisibilite-des-minorites-dans-chiffres/

[2] https://www.humanite.fr/vaccination-contre-le-covid-19-ou-en-est-votre-departement-699870

[3] https://www.liberation.fr/societe/sante/vaccins-la-menace-inouie-du-prefet-de-seine-saint-denis-20210215_DPYZKHGFOFECRIKQB4GEA7OPCE/